Pratique ! Commandez en ligne 24h/24 et retirez gratuitement dans votre Vival !

Le boulet de Montauban

Une gourmandise de dissuasion massive

< Retour à la liste des actus
> partager l'article

Le boulet historique : à court de munitions mais pas d’imagination !

Août 1621 : le roi de France, Louis XIII et son armée s’emploient à faire taire l’insoumission huguenote réfugiée dans ses principaux bastions du sud-ouest de la France : après Agen, c’est au tour de Montauban… Sur les conseils d’un alchimiste espagnol, le roi applique, pour en finir très vite, la solution radicale : susciter une grande peur en tirant 400 coups de canon pour faire plier la place forte de Montauban instantanément. Toutes les pièces d’artillerie sont minutieusement chargées et une pluie de boulets s’abat sur la ville de Montauban et ses 6 000 rebelles qui refusent de jurer fidélité au roi. L’Eglise Saint-Jacques porte encore de nombreux impacts de l’attaque. A la stupéfaction générale : aucun drapeau blanc n’apparaît et personne ne se rend ! Sous le commandement de Jacques Dupuys, les protestants continuent de tenir tête au roi, gèrent au mieux toutes les ressources disponibles dans leur ville assiégée. Le face à face va encore durer plusieurs mois jusqu’au 18 novembre 1621 – date clef où l’ingéniosité du défenseur de Montauban va triompher du roi : Il ordonne de faire fondre tous les pains de sucre de la ville dans des moules à boulets. Au matin, une tempête de centaines de boules noires très dures surprend le roi et ses 20 000 hommes qui lèvent le camp immédiatement !

Le boulet comestible : aucune résistance en bouche !

C’est seulement, en 1994 à l’occasion du 850ème anniversaire de cette résistance héroïque que la sucrerie est créée par les confiseurs locaux. Cette année-là, la Fête des 400 coups est célébrée pour la première fois. Constitué de noisettes grillées enrobées de chocolat noir, le boulet de Montauban est recouvert d’une couche de sucre qui lui confère sa dureté superficielle. La Maison Pécou, dépositaire de la recette, en produit 3,5 tonnes par an. On le trouve dans toutes les boulangeries et confiseries de la ville et il se conserve 18 mois (en cas de siège !).

L’avènement du boulet ludique : Pruneau pour pruneau, boulet pour boulet

Jeux Intervilles 1995 : Montauban doit affronter Agen qui évidemment va combattre à coup de pruneaux ! Les montalbanais n’ont pas d’arme totem pour se confronter à leurs anciens compagnons d’infortune huguenote. Le boulet va alors être fortement médiatisé lors du jeu télévisé et prendre la place emblématique qu’il occupe aujourd’hui.

Les 400 coups : la boulette littéraire ?

Le saviez-vous ? l’expression « faire les 400 coups » qui signifie aller contre le sens moral et les convenances viendrait du siège historique de Montauban. Or, les 39 canons royaux n’avaient rien de comparable aux batteries militaires actuelles. Il y aurait eu seulement 119 coups de canon – ce chiffre a perduré dans la littérature jusqu’à la fin du XIXème. Alors, les 400 de coups de canons tirés à Montauban, ne sont-ils qu’une légende ?

Votre panier
0 €
Votre panier
0 €
Identifiez-vous
Déjà client

Mot de passe oublié ?
Connectez-vous
Nouveau client
En créant un compte sur notre boutique, vous pourrez passer vos commandes plus rapidement, enregistrer plusieurs adresses de livraison, consulter et suivre vos commandes, et plein d'autres choses encore.
Inscrivez-vous
ici Contenu
ici bas
Info